Journée d’information et stages pratiques d’observation

Le contact personnel entre maître-maîtresse d’apprentissage et candidats est le moment clé de la procédure de sélection. Les journées d’information, stages d’initiation et stages pratiques d’observation sont donc les instruments absolument essentiels de la sélection des apprentis. Car c’est seulement à ce moment-là que l’on voit si ce-cette candidat-e convient à notre entreprise, et si nous pouvons imaginer collaborer avec cette personne. Le contact direct nous permet de revoir nos opinions et nos conceptions. Voilà qui est particulièrement important pour les jeunes d’origine étrangère. Et tous les jeunes devraient savoir qui sera peut-être leur supérieur et comment les choses se passent au sein de l’entreprise.
En bref : de nombreuses difficultés pourront être évitées pendant l’apprentissage s’il a été possible d’avoir, au préalable, des échanges nourris.

Comment réussir un stage pratique d’observation :

  • Etudiez la possibilité d’offrir des journées dites « journées découverte », déjà pour l’heure du choix professionnel au cours de la 8e année scolaire. De cette manière, les élèves et l’entreprise peuvent apprendre à se connaître, sans la moindre pression. Le fait de nouer avec le monde du travail ces contacts sans engagement est important, précisément pour les jeunes gens qui n’ont pas forcément un réseau – par leurs parents et connaissances, ce qui est souvent le cas des familles d’immigrants.
  • Les stages d’observation peuvent se présenter sous diverses formes dans la pratique, selon les capacités et les possibilités d’intervention :

    • Après-midi d’information :
      vous donnez des renseignements sur l’entreprise, sur l’apprentissage et sur ses exigences. A la fin de votre présentation, vous pouvez apprendre à connaître directement les intéressés au cours d’un entretien ou mener des discussions de groupe.
    • Journées découverte ou stages pratiques d’observation d’une durée de plusieurs jours (idéalement une semaine) :
      ils réclament davantage de temps et sont particulièrement appropriés, surtout si vous n’avez que quelques candidat-e-s ou que le cercle des candidat-e-s est déjà limité. Les deux camps peuvent s’observer et se découvrir pendant le travail, mais également lors de pauses ou de déjeuners pris en commun – et se donner suffisamment de temps avant de prendre une décision.

  • Définissez, pour des interventions aussi bien de brève durée que de plus longue durée, les activités appropriées à l’observation. Passer toute une journée à faire des rangements ou des photocopies n’est certainement pas idéal pour apprendre à connaître ce qui se passe au quotidien dans l’entreprise.
  • Fixez quelques critères auxquels vous souhaitez être attentifs lors des stages pratiques d’observation ou lors des journées d’information. Qu’est-ce qui doit être découvert et pourquoi ?
  • Faites en sorte que plusieurs de vos collaborateurs participent dans l’entreprise à vos offres de stages pratiques d’observation. Les personnes en formation et les collaborateurs d’origine étrangère travaillant actuellement dans votre entreprise pourront concourir à jeter des ponts. Par ailleurs, plusieurs avis contribuent à des décisions plus objectives !
  • Accordez de l’importance à donner un feedback individuel aux jeunes gens, pendant et après le stage pratique d’observation. Il est important pour eux de savoir dans quels domaines ils peuvent encore s’améliorer et quelles sont leurs chances d’obtenir une place d’apprentissage. Et n’oubliez pas que les journées d’observation représentent pour la plupart des jeunes gens leur premier contact avec le monde du travail !



« J’ai trouvé une place de logisticienne par le biais de we-are-ready.ch. »
Melanie Winkler, logisticienne, 1ère année d’apprentissage

« Il y a beaucoup d’étrangers dans notre entreprise, ce qui nous permet d’élargir durablement notre horizon. »
Rezarta Brahimi, employée de commerce, 3e année d’apprentissage

« Lorsque j’aurai terminé mon apprentissage, je poursuivrai ma formation. J’ai pour objectif de pouvoir occuper un poste de cadre dans une entreprise de services. »
Jaël Feiner, employée de commerce, 3e année d’apprentissage

« Les jeunes étrangers devraient pouvoir, eux aussi, connaître la réussite, ils font partie de notre société. »
Werner Sitzer, ébéniste (meubles), formateur

« Impossible de dire clairement que certaines places d’apprentissage m’ont échappé parce que je suis étranger. Personne ne te dira en face qu’on ne t’engage pas parce que tu es étranger. »
Mahmud-Reza Kasemi, menuisier/ébéniste, 1ère année d’apprentissage